Ateliers littérature

Atelier littérature

Quelques suggestions

L'autre reflet
par Patrick Senécal
a remporté le prix Saint-Pacôme

 

La bataille de Pavie
par André Jacques
éditions Druide

2016

 

Présentation faite par Jean-François Sabourin au cours de la séance du lundi 16 octobre 2017

 

Formalisé par Algirdas Julien Greimas, linguiste et sémioticien, en 1966, le schéma actantiel est un outil formidable pour vous aider à créer vos personnages et à nouer entre eux des relations. C’est pour cette raison que le schéma actantiel est une structure d’interaction : parce qu’il se soucie moins des personnages pris isolément que de la manière dont ils interagissent les uns avec les autres. Ce sont ces interactions qui vont permettre à votre héros, mais aussi aux personnages secondaires, d’évoluer, de se spécifier, et ainsi, à travers cette quête qu’ils mèneront ensemble, qu’elle soit réussie ou non, de s’accomplir.

Le schéma actantiel rassemble l'ensemble des rôles (les actants) et les relations entre les actants qui ont pour fonction la narration d'un récit. Un personnage principal, le héros (appelé aussi sujet), poursuit la quête d’un objet. Le schéma actantiel comporte alors : un destinateur (ou énonciateur) qui donne une mission au personnage principal, un destinataire (récepteur), un objet (objectif) c’est la quête que poursuit le personnage principal, des adjuvants (aidants) qui sont des personnages qui aident le sujet à accomplir sa quête et enfin des opposants (adversaires) qui sont les ennemis du personnage principal.

JFS

 

Voici le schéma actantiel d'un récit écrit par Victor Hugo,
« Le dernier jour d’un condamné »

Le sujet:

Le narrateur qui est le condamné

L'objet:

Sauver sa vie

Les destinateurs:

L'instinct de survie, la peur de mourir, son devoir en tant que père

Les destinataires:

Le condamné, sa fille Marie, sa femme et sa mère

Les adjuvants:

Il n'y a aucun adjuvant, sauf peut-être un peu l'avocat.

Les opposants:

La société, le directeur de la prison, les magistrats, les gendarmes, l'huissier et l'aumônier

 

Le Héros

Prenons l’exemple de Harry Potter avant qu’il reçoive sa première convocation pour intégrer l’école de Poudlard : c’est un gamin comme les autres. A ce stade, Harry Potter n’est pas à proprement parler un héros. Il le devient, à partir du moment où son aventure commence, c’est à dire lorsqu’il reçoit sa lettre d’admission au collège de Poudlard.

 

Le destinateur

C'est celui qui demande à une personne d’accomplir une mission, que ce soit pour son compte ou pour le compte d’autres personnes. Dans le premier volet du "Seigneur des Anneaux", le destinateur s’avère être le sorcier Gandalf le Gris. En effet, c’est lui qui vient perturber la petite vie tranquille de Frodon pour lui donner sa mission : amener l’anneau unique jusqu’à la montagne du destin afin qu’il y soit détruit.

 

Le destinataire

Si nous reprenons nos exemples précédents, le destinataire de la quête de Frodon est incontestablement l’ensemble de la terre du milieu. C’est le destin du monde qui est entre ses mains. Le destinataire est tout simplement le pendant du destinateur. Une quête est demandée à un héros.

 

La quête

La quête est véritablement l’élément qui va donner son sens à notre histoire : en accomplissant la quête qui lui aura été confiée, notre héros ramènera l’équilibre. Si nous prenons pour exemple le film “After Hours” de Martin Scorsese, la quête de Griffin Dunne, le héros du film, est incontestablement de parvenir à rentrer chez lui afin d’échapper à cette nuit délirante qu’il est en train de vivre bien malgré lui en plein cœur de Soho. Il pourra ainsi retrouver sa petite vie bien réglée d’informaticien. Une vie qui, contrairement à la nuit qu’il est en train de vivre, ne laisse absolument aucune place à l’imprévu. A ce moment de très haute tension dramatique, où tout se joue, qu’on pourrait aussi qualifier d’ultime combat, l’intrigue atteint son point culminant appelé le « Climax ».

 

Les opposants

Les opposants sont tout simplement tous les personnages, ou éléments qui viennent empêcher le héros d’accomplir sa quête. Ainsi, un opposant peut être un ennemi, comme par exemple Gollum dans le troisième volet de la trilogie du "Seigneur des Anneaux". Après avoir accordé sa confiance à Frodon et s’étant senti trahi, il met tout en œuvre pour monter Frodon contre Sam et l’empêcher ainsi d’accomplir sa quête ! Dans le cas des “Griffes de la nuit”, tout le génie de Wes Craven est d’avoir posé comme opposant la seule chose qu’on ne peut éviter : le sommeil. Nancy est elle-même son propre opposant, et tout l’enjeu pour elle est de rester éveillée le plus longtemps possible, tout en sachant que ne pas dormir est impossible.

 

Les adjuvants

Les adjuvants sont les pendants positifs des opposants. Ils peuvent être, comme pour les opposants, des personnes comme des éléments du récit. Dans l’exemple du “Titanic”, la porte flottante qui permet à Rose de se maintenir hors de l’eau glaciale une fois le paquebot coulé est un adjuvant qui lui permet d’avoir la vie sauve, même si c’est le choix de cet adjuvant qui signe l’arrêt de mort de Jack. De même, dans le “Seigneur des Anneaux”, qu’aurait été la quête de Frodon sans l’infatigable et loyal Sam ? Ou encore, dans Harry Potter, Ron et Hermione qui aident Harry à triompher de ses épreuves tout au long des 7 tomes de son aventure. Il est d’ailleurs intéressant de constater que, c’est certainement dans le 7ème tome de la saga que Harry Potter se retrouve dans la plus grande fragilité ! Le rôle des adjuvants étant de palier une incompétence (fragilité) momentanée du héros.

 

Suggestion :

Candide ou L'optimisme : conte philosophique

Hachette Education ,
collection Classiques Hachette, n° 2. Conte philosophique XVIIIe siècle , (juillet 2005)