Ateliers littérature

Atelier théâtre animé par Jean-François Sabourin le 25 septembre 2019

 

 

Propos introductif
de Jean-François Sabourin
25 septembre 2019

 

 

 

 

 

Entrer dans le jeu

 

de la mise en scène théâtrale …

 



 

 

Sommaire :

1/ Comment établir un dialogue ?

2/ Comment établir un monologue ?

3/ L’écriture d’un dialogue 

 

Le Dialogue / par l'improvisation scénique

 

1èresituation :

 

  1. Des mots clés ou des situations sont écrits sur des billets et placés dans une corbeille

 

  • table
  • tableau
  • vase
  • marcher

 

  1. Chaque participant tire un billet au hasard (les billets sont associés deux par deux)

 

  1. Les participants ayant tiré des billets associés se font face à face

 

  1. Les deux participants improvisent un dialogue sur le thème commun

 

Le but est d’engager un dialogue par improvisation entre les deux participants concernés par le même sujet. L’échange doit donner lieu à une joute verbale basée sur la spontanéité.

 

 

2èmesituation :

 

  1. Des mots clés ou des situations sont écrits sur des billets et placés dans une corbeille
  • bâton
  • humour
  • animal

 

  1. Un participant sur deux tire un billet au hasard

 

  1. Deux participants se font face deux à deux dont seul celui qui a tiré le billet connaît le sujet du dialogue

 

  1. Le premier participant engage un dialogue sur le thème choisi (sans jamais prononcer le mot), le second participant doit par improvisation prolonger le dialogue

 

Le but est d’engager un dialogue par improvisation entre les deux participants dont seul l’un des deux a connaissance du sujet. Le verbe et la gestuelle sont à privilégier plutôt que la qualité des phrases.

 

 

Le récit théâtral 

 

Dans un récit, roman, nouvelle, conte, nous sommes parfois appelés à faire parler des personnages selon les besoins scéniques ou pour donner une allure au texte. Nous nous efforçons alors à sortir de nos chemins battus pour aller vers l’action. Il est bon de savoir diriger un dialogue comme la mise en scène d’une pièce de théâtre, apprendre à placer un colloque et le conduire dans un paysage.

A - Dans un premier temps cet atelier nous fait construire, en fiche individuelle, des personnages. 

B - Par binôme nous créons un espace de rencontre où nous les mettons en discussion, avec attaque et contre-attaque, selon le rythme de chacun.

C - Chaque individu a son langage spécifique, un tic de paroles, des manies, une tournure, présentation, déplacement. Nous jouons à construire une histoire qui prend forme. Plus il y a de réparties, plus les dialogues seront vifs pour rendre le récit animé. Apprendre à donner vie aux personnages de nos écritures. 

 

Phase 1 :

 

ECRIRE UN DIALOGUE DE THEATRE

Lorsqu’on écrit un dialogue de théâtre, des règles de présentation sont à respecter :

- on va à la ligne à chaque fois qu’on fait parler un personnage
- on écrit son nom en majuscules
- on n’utilise pas de guillemets, de tirets

Lorsqu’on veut donner des informations sur le décor, les déplacements des personnages (mise en scène), leurs attitudes, leurs mimiques, on le fait grâce à des didascalies, écrites en caractères italiques.

 

Exemple :

LE JUGE : Nous allons maintenant procéder à l’audition des témoins. Maître, veuillez, je vous prie, faire entrer le Petit Chaperon Rouge.

(On fait entrer le Petit Chaperon Rouge. Elle va jusqu’à la barre des témoins en saluant tout le monde. Elle fait un signe de connivence au loup qui lui répond de la même manière.)

LE JUGE : Votre nom, mon enfant.

LE PETIT CHAPERON ROUGE : Rouge

LE JUGE : Parfait. Votre prénom, maintenant.

LE PETIT CHAPERON ROUGE : Chaperon.

 

Phase 2 :

 

EXEMPLE DE TRANSPOSITION D’UN DIALOGUE DE RECIT EN DIALOGUE DE THEATRE

 

1° DIALOGUE DE RECIT

Ils sortirent de la propriété, s’arrêtèrent à quelques pas de la grille.

-  Les premiers bruits semblent venir d’ici, dit Sans Atout.
-  Un peu plus à droite, rectifia Jean-Marc.

Maître Robion regarda autour de lui.

-  N’importe comment, murmura-t-il, ce ne peut être un écho .... Bizarre !
-  Ensuite, reprit Sans Atout, le cheval traverse la grille, puis il serpente à travers la lande ... il fait notamment un crochet par ici.

Maître Robion observait attentivement l’itinéraire qu’ils étaient en train de suivre.

- Curieux qu’il n’aille pas en ligne droite, remarqua-t-il. Pourquoi tous ces détours ?

 

2° DIALOGUE DE THEATRE

 

ACTE II -  Scène 1

Les personnages :

SANS ATOUT, JEAN- MARC ET MAITRE ROBION

(Ils sortent de la propriété, s’arrêtent à quelques pas de la grille.)

SANS ATOUT : Les premiers bruits semblent venir d’ici.
JEAN MARC : Non, un peu plus à droite.
MAITRE ROBION : regardant autour de lui, dans un murmure. N’importe comment, ce ne peut être un écho....Bizarre !
SANS ATOUT : Ensuite, le cheval traverse la grille, puis il serpente à travers la lande... il fait notamment un crochet par ici.
MAITRE ROBION : observant attentivement l’itinéraire qu’ils suivent. Curieux qu’il n’aille pas en ligne droite. Pourquoi tous ces détours ?

 

 

Mise en situation

 

Transposer un dialogue de récit en dialogue de Théâtre

 

A / DIALOGUE DE RECIT

Voici le début d’une pièce très courte de Jean-Pierre ANTHONY.

Les didascalies y sont assez fournies. Les répartir dans les catégories suivantes : description du décor ; accessoires ; description des costumes ; traits physiques des personnages ; déplacements, gestes et mimiques ; tons et sentiments affichés.

Deux personnages : Boris / Peter

 

Le dernier homme

Un pays imaginaire pendant les derniers soubresauts d'une guerre qui fut particulièrement éprouvante. La ville est complètement dévastée. Dans les faubourgs errent, comme des chiens perdus, hommes, femmes et enfants faméliques à la recherche d'une maigre pitance, et de quoi se chauffer, se vêtir, ou tout simplement d'un abri pendant les attaques aériennes. Un soir, dans une rue déserte, déambule un jeune adolescent, Peter. Un autre adolescent, peut-être un peu plus âgé, le suit. Alors que Peter se penche sur une poubelle, Boris l'accoste.

 

B / DIALOGUE DE Théâtre

 

Boris: …………………………………………………………………………………………

Peter (irrité, relevant la tête) : …………………………………………………….........…..

Boris: …………………………………………………………………………………………

Peter:..………………………………………………………………………………………….

Boris: ………………………………………………………………………………………….

Peter: ……………………………………………………………………………………….…

Boris (lui tendant la main) : ………………………………………………………….......….