Ateliers littérature

Atelier littérature

Quelques suggestions

L'autre reflet
par Patrick Senécal
a remporté le prix Saint-Pacôme

 

La bataille de Pavie
par André Jacques
éditions Druide

2016

 

Atelier littérature consacré à la poésie le 7 novembre 2018 animé par Jean-François Sabourin

 

 

La littérature poétique 

 

 

 

« Tenter l’aventure en promenant le lecteur d’un vers à l’autre, balisant les effets de lumière au cœur des ténèbres de l’écrit. En quelques pages les lignes de forces de la poésie se dévoilent quand celle-ci se plie à l’art de distribuer les nuances de la lumière contrastant avec un fond sombre, entre le grave et le lumineux, le fier et le tragique. Le propos est nécessairement simplificateur, mais il invite à l’aventure tant l’écrit lui fait réceptacle. Tenter l’aventure c’est offrir le véritable secret de l’art du clair-obscur que d’enlever à chaque objet sa personnalité physique, sa pesanteur propre et son contour net, pour le dissoudre dans le grand corps du tableau au fil des vers suspendus par les rimes. L’écriture poétique nous promène ni du côté du soleil couché ni du côté de la lune levante. Quelque chose de vague, de fuyant, d’indécis, de clair-obscur et de clairsemé, composent cette vue et ce moment. Elle subsiste avec brillance dans la clarté du jour et trace un chemin parfois peu visible, mais vivant au cœur de la littérature. »

Jean-François Sabourin

 

 

 

Mise en situation d’écriture

 

15’ DEFINITIONS ET CARACTERISTIQUES DU GENRE POETIQUE

  • Sons / sonorités
  • Temps / rythme ou tempo

Vocabulaire = Enjambement / césure

15’ DEFINITIONS ET CARACTERISTIQUES DU GENRE POETIQUE

  • Prose poétique / Vers libres

30’ Découverte et lecture du poème « Légende » de Marcel BEALU

  • Biographie de l’auteur
  • Analyse du poème par assemblage des vers

10’ Mise en situation :

Le carré Lescurien

30’ Ecriture d’un poème en vers libres

Construire une phrase constituée de quatre éléments placés aux quatre coins du carré (deux noms, un adj. et un verbe + liens éventuels). Faire tourner les feuilles


20’
Restitution des poèmes devant le groupe

 

1) Les caractéristiques du genre « poésie »

 

La poésie ne se contente pas du sens qu’ont les mots (comme en prose, dans laquelle on peut aussi retrouver champs lexicaux, échos sémantiques entre les mots, etc…), elle accorde une place privilégiée à la musique des mots et s’appuie sur elle pour créer du sens.

La musique des mots est comme la musique elle-même :

  • elle comporte des sons (sonorités, vocaliques ou consonantiques, ou résultant de combinaisons complexes des deux)
  • elle se déroule dans le temps selon un rythme (et selon un tempo : mais celui-ci n'est pas contenu dans l'écriture, il est le fait du "diseur" de poésie). 

Noter que :

  • Certains poètes semblent chercher à rendre discrets tous rythmes ou tous jeux sur les sonorités. Ainsi Jean de La Fontaine utilisait un usage consommé de l'enjambement, et apparente sa poésie à de la prose très travaillée.

Dans un poème, une enjambement est le rejet au vers suivant d’un ou plusieurs mots nécessaires au sens du premier vers. Lorsque l’enjambement se produit à la césure, on parle d’ « enjambement interne » . Il est souvent utilisé pour mettre en relief un mot ou pour créer un effet de surprise.

 

  • Parallèlement, certains prosateurs, travaillent particulièrement leur texte non versifié, s'approchent de la poésie d’où l'emploi chez certains auteurs du terme de Poème en prose (Baudelaire, par exemple).
  • Enfin, noter que la poésie, selon les époques, a inventé puis fixé certaines formes de vers et de poèmes. Le XXe siècle en revanche a cherché à rompre avec toutes les règles préexistantes en développant quant à lui le "vers libre".

 

 

2) Les particularités du genre « poésie »

 

Qu’elles sont les Particularités du genre poétique ?

  • Produire, créer
  • Pouvoir de séduction, d’invention, de création verbale
  • C’est la beauté et le pouvoir de suggestion des mots qui importent plus que leur sens premier.

 

Comment le poème joue sur les sonorités ?

  • Le choix du schéma de rimes est significatif :
    rimes plates ; rimes croisées ; rimes embrassées
    rimes pauvres, rimes suffisantes ou riches.
  • Le poète invente ses propres contraintes formelles :
  • Forme courte du fragment, syntaxe rythmée, répétitions sonores et lexicales, images très libres.

 

Qu’est-ce que le vers libre ?

Le vers libre : discours délié

Mêmes dispositions typographiques, mais pas de régularité rythmique et ne comporte pas forcément de rimes. Poésie moderne.

La prose poétique : discours mesuré

Progressivement toute la langue devient poétique.
Toute phrase porte en elle des cadences et des sons, donc une métrique.

 

 

Marcel BEALU

 

BIOGRAPHIE

 

Marcel BEALU, écrivain et poète, est né à Selles-sur-Cher le 30 Octobre 1908. Il est mort le 19 Juin 1993 à Paris. Son violon d'Ingres : la peinture. Ses tableaux reflètent son œuvre littéraire. Il a passé son enfance à SAUMUR. A 12 ans il est employé à la sous-préfecture, sa fonction consiste à désherber les pavés de la cour. Il séjournera ensuite à Paris puis à Montargis. Il travaillera dans une chapellerie et ouvrira une librairie. Il publie son premier recueil de poèmes "Poèmes sur un même thème" en 1932. Une rencontre fondamentale en 1937, celle de Max Jacob, "qui devient alors son maître en littérature et l'encourage dans la voie de la simplicité des vocables, de l'élan rythmique qui restera sienne en poésie".

En 1938, Marcel BEALU découvre le surréalisme qui aura une influence sur son œuvre poétique composée de poèmes en vers mais aussi de remarquables poèmes en prose qui le situent parmi les maîtres du genre. Il a également écrit des romans, des pièces de théâtre, des essais et correspondances. Il collabore à de nombreuses revues littéraires. Pour Marcel BEALU, la définition de la poésie c’est "la fleur qui tremble sur le visage de l'insaisissable".

Lire une page de Marcel BEALU, écrit Jean Paulhan, "c'est pénétrer dans un pays singulier, un pays qui pourtant doit bien exister quelque part, plus haut ou plus bas que la terre, le pays de derrière la glace, ou de derrière l'eau , ou de derrière le ciel ou de derrière nous … "

 

 

poème de Marcel BEALU

« Légende »

  

Deux amants sont devenus arbres

Pour avoir oublié le temps

Leurs pieds ont poussé dans la terre

Leurs bras sont devenus des branches

Toutes ces graines qui s'envolent

Ce sont leurs pensées emmêlées

La pluie ni le vent ni le gel

Ne pourront pas les séparer

Ils ne forment qu'un seul tronc

Dur et veiné comme du marbre

Et sur leurs bouches réunies

Le chèvrefeuille a fait son nid.

 

 

REFERENCES

 

Ce poème "Légende", fait penser à la légende de Philémon et Baucis, dont voici l'histoire :

Philémon, vieillard fort pauvre, avait pour épouse une femme, Baucis, encore plus âgée que lui. Jupiter et Mercure, parcourant la Phrygie sous la forme de simples mortels, furent rebutés par tous les habitants d'un village où ils passèrent ; Philémon et Baucis leur accordèrent l'hospitalité.

Voulant les récompenser, Jupiter leur ordonna de les suivre en haut de la montagne. Là, ils regardèrent derrière eux, et virent le bourg et les environs submergés, exceptée leur petite cabane qui fut changée en temple.

Jupiter promit de ne rien refuser à ce couple pieux et humain. Les deux époux souhaitèrent être les ministres de ce temple, et de ne point mourir l'un sans l'autre. Leurs souhaits furent accomplis. Ils parvinrent à une extrême vieillesse. Un jour, Philémon s'aperçut que Baucis devenait tilleul, et Baucis fut étonnée de voir que Philémon se changeait en chêne : ils se dirent alors tendrement les derniers adieux.

 

 

"Elle devenait arbre et lui tendait les bras ;

Il veut lui tendre aussi les siens et ne peut pas ;

Il veut parler, l'écorce a sa langue pressée

L'un et l'autre se dit adieu de la pensée.

Même instant, même sort, à la fin les entraîne ;

Baucis devient tilleul, Philémon devient chêne.

(La Fontaine)

 

 

POURQUOI CE POEME ?

Tout d'abord le titre "Légende", éveille la référence au mythe décrit précédemment.

Par ailleurs, on découvre dans ce poème, l'amour entre deux personnes âgées, tout devient possible :  l'éternité, la longévité, une 2ème vie.

C'est la révélation de l'amour sacré, la relation éternelle qui ne va jamais mourir.

Chaque strophe fait référence à la vie et à l'éternité.

 

 

ANALYSE DU POEME

 

Il s'agit ici de prose poétique puisqu'il n'y a pas de rimes.

"Deux amants sont devenus des arbres

Pour avoir oublié le temps"

L'arbre fait référence aux corps des amants.

 

 

"Leurs pieds ont poussé dans la terre

Leurs bras sont devenus des branches"

Les racines sont les pieds des amants, les branches sont leurs bras.

 

 

"Toutes ces graines qui s'envolent

Ce sont leurs pensées emmêlées"

On peut penser que les graines qui s'envolent sont les enfants, les pensées, les souvenirs. Les amants partagent la même vision de leur vie.

 

 

"La pluie ni le vent ni le gel

Ne pourront pas les séparer"

Résistance aux intempéries, mais aussi aux aléas de la vie.

 

 

"Ils ne forment qu'un seul tronc

Dur et veiné comme du marbre"

Les amants sont soudés, ils ne font plus qu'un.

 

 

"Et sur leurs bouches réunies

Le chèvrefeuille a fait son nid"

Le chèvrefeuille s'accroche, permettant l'épanouissement d'une nouvelle vie, perpétuel renouvellement.

 

 

 

Jeu d'écriture

 

Les carrés Lescuriens :

Chaque carré est composé de deux mots, un verbe et un qualificatif. Aucune ordre d'écriture n'est indiqué, les mots doivent figurer dans une phrase dans l'ordre souhaité par l'auteur. L'objet de cet exercice sous contrainte est d'essayer d'utiliser des images poétiques voire des métaphores pour embellir le texte.

 

 

 

 

Les carrés Lescuriens sur lesquels les participants ont travaillé :