Ateliers littérature

Ateliers d'écriture

Quelques suggestions

LES JUBILATIONS
DE L'ECRITURE

Edition iNSPIR'EDITIONS
Carole Poujade

 

ESQUISSES D'ECRITURE

Edition iNSPIR'EDITIONS
Carole Poujade

 Jeu d'écriture réalisé au cours de l'atelier du lundi 25 septembre 2017

 

Support littéraire

HOESTLANDT Jo et BRETRAND Philippe,
Oh, les belles lettres ! Actes Sud Junior (Grands livres), 2000.

 

Découverte du support

Sujet : Chaque lettre de l'alphabet correspond à un personnage. Du A du chat Gras-du-Bas, au Z du lézard vraiment zinzin, les vingt-six lettres de l'alphabet sont déguisées. Illustrées par des personnages, elles font chacune l'objet d'une comptine. Dans l'exemple du G, l'illustration représente une girafe.

Texte accompagnant l’illustration de la lettre G :

Une girafe gigantesque qui voyageait au pays d’Agamemnon (en Egypte) avait grand faim : son ventre laissait échapper des gargouillis ! Elle alla acheter un gâteau aux agrumes au magasin du golf sur le domaine du grandissime seigneur Gargantua. Grrr ! ! ! Elle se gratta la gorge, un grumeau jouait au ping-pong dans sa gorge ! Gloups ! La pauvre n’arrivait pas à glutir. La 7e compagnie des gâteaux qui aident les goinfres à digérer les gourmandises fut appelée d’urgence. La voilà qui arriva au pas de charge, avec son gyrophare rugissant. Dommage ! Un ogre passant par-là l'engloutit goulûment.

 

Règle d’écriture

Le but de l’exercice est d’essayer de raconter l'histoire d’un personnage inventé à partir de l’une des lettres représentées sur la couverture du livre.

Etape 1 : trouver 20 mots (nom, verbe, adjectif,…) dans lesquels il y a la lettre choisie (la lettre peut se trouver à n’importe quelle place dans le mot) puis établir une liste.
Etape 2 : à partir des mots de la liste, écrire l’histoire d’un personnage sous forme d'un paragraphe. Faire apparaître distinctement dans le texte les vingt mots choisis.

 

Texte rédigé par Anne en utilisant la lettre H

L’hippopotame Henry, nonchalant et hâbleur était l’héritier de son oncle Charles l’ancien chef de clan. Depuis qu’il était devenu riche, il réfléchissait et rêvait durant de longues heures. Son souhait ? Visiter la Hollande et admirer la splendide architecture de la cathédrale de Maastricht. En ce moment, il marchait d’un pas chuintant. Il parcourait en rechignant sa belle propriété, la bien nommée Héliopolis, comme le titre du roman qui l’avait tant charmé, Il rentra prévoyant d’hiberner mais tout en affichant sa mauvaise humeur, il se mit à hacher avec beaucoup de technique  le reblochon fraichement acheté chez le fromager. Il en fit une charpie qu’il contempla avec horreur.  Arrgghhh ! Il hurla puis écouta l’écho de son cri.

 

Texte rédigé par Carole en utilisant la lettre L

Lulu était un joli lutin blond qui raffolait des balades au bord des lacs. Il lambinait le long de l'eau quand il lorgna sur une belle libellule dans le lointain. Il sortit illico sa longue vue et l'orienta vers la lumière. Le filet sur l'épaule, il se coulait dans l'air léger de l'après midi, appelant la gentille libellule de sa voix fluide : "Jolie libellule, vole donc vers moi, viens poser tes ailes sur mon joli filet !". La libellule virevoltait, sous l'effet du vent, dont le souffle la porta finalement vers Lulu. Le joli lutin était prêt à l'emballer quand celle-ci, loquace, l'interloqua : "Tu es un bien joli lutin bleu, Lulu. Et je suis une libellule libre. Laisse-moi batifoler légère dans l'herbe et dès demain, la planète bleue connaîtra ta légende". Lulu, émerveillé et surpris par les mots de la somptueuse demoiselle, lâcha son filet illico. C'est depuis ce jour que les livres d'images content aux enfants la belle histoire de Lulu le lutin bleu et de demoiselle la libellule.

 

Texte rédigé par Nicole en utilisant la lettre P

Picasso ne jouait pas du piano mais peignait. Ses tableaux étaient sa passion. Cependant, ses parents ne lui avaient pas permis d'étudier la poésie. Cela était pathétique ; il commença donc par peindre des personnages de la mythologie, des natures mortes avec des paniers remplis de pommes ainsi que des paysages avec la mer et la plage. il n'était pas pauvre. Son succès lui apporta un patrimoine appréciable.Il put alors s'acheter toutes les pâtisseries dont il raffolait.

 

Texte rédigé par François en utilisant la lettre F

Fier de flâner à travers les rues de Florence avec sa femme, Fanfan la Tulipe restait la figure pétrifiée  devant toutes les façades de la Renaissance. La faim l’envahit, lorsque midi se fit. « Des friandises achetées ici où là feraient bien l’affaire » ronchonna-t-il à son épouse, finement filou ! « Mon chéri », dit-elle, « c’est ta fête ce jour ; je t’offre le festin ! ». Focalisés devant une devanture de restaurant, les deux époux, fourbus à cette heure, finir par s’affaler à une table, franchement bien placée au soleil. « Une côte de bœuf pour deux » s’esclaffa la dame à un serveur. Affolé en même temps qu’enchanté, Fanfan la Tulipe ne pût, une fois de plus, que formuler sa flamme  et conter fleurette à sa fidèle.