Ateliers littérature

Ateliers d'écriture

Quelques suggestions

LES JUBILATIONS
DE L'ECRITURE

Edition iNSPIR'EDITIONS
Carole Poujade

 

ESQUISSES D'ECRITURE

Edition iNSPIR'EDITIONS
Carole Poujade

Jeu d'écriture réalisé au cours de l'atelier du mardi 5 septembre 2017

 

 
L’incipit,
c’est la première phrase d’un roman. Autrement dit,
la « phrase d’attaque » du texte.
 

Extrait du roman : « Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi » écrit par Katherine Pancol paru aux éditions Albin Michel

 

Consigne :

Après lecture de quelques « incipit » pris au hasard dans des romans, les participants à l’atelier choisissent un « incipit » dans une liste qui leur est proposée et rédigent une suite cohérente d’une dizaine de lignes constituant le premier paragraphe du roman.

 

 

Premier Incipit extrait du roman "Les échelles du Levant" d'Amin Maalouf
Éditions Grasset, 1996.

«Cette histoire ne m’appartient pas, elle raconte la vie d’un autre.»


Texte rédigé par Carole

« Cette histoire ne m’appartient pas, elle raconte la vie d’un autre. Que dis-je d’un autre, d’une autre en fait. D’une femme que j’ai découverte, qui s’est découverte différente, qui s’est révélée à elle-même et à moi. C’était par une froide soirée d’automne. Elle venait de la mer, couverte d’un épais pardessus, le vent balayant ses cheveux épars, tombant sur ses épaules. Son regard était triste. Ses yeux ne semblaient pas voir. Elle passait, telle un fantôme. Nul ne la remarquait. Pourtant, elle était là.

 



Second Incipit extrait du roman "le Champ de Personne" de Daniel Picouly
Éditions Flammarion, 1995.

«Il fait nuit et je viens de me réveiller en sursaut quelque part dans la maison.»

Texte rédigé par François

« Il fait nuit et je viens de me réveiller en sursaut quelque part dans la maison. Ce jour-là, il fait très chaud, je sors de mon lit, je suis tout nu, je fais le tour de ma chambre puis du séjour. Je ne constate rien. Tout d’un coup, en entrant dans la salle de bain, je découvre le corps qui me semble être celui d’une femme ensanglantée, habillée de haillons, le regard hagard. Dans le lavabo, je trouve un couteau de boucher que je crois entaché de sang. Que dois-je faire ? Suis-je tombé dans un roman de Georges Simenon ? La panique s’installe en moi, je sors de la maison complètement effrayé.