Ateliers littérature

Le Poisson à roulettes

Bar, Brasserie

Café le Poisson à roulettes
81 rue Saint-Nicolas
La Chaume Les Sables-d'Olonne

Au coeur du village de la Chaume, à deux pas du chenal du port des Sables d’Olonne, le Poisson à roulettes nous accueille tous les mardis dans une ambiance « rétro »...

 

Le Poisson à Roulettes

C’est un lieu incomparable où tout peut se passer de façon improbable.
La décoration reste unique faite d’objets hétéroclites au milieu de laquelle vadrouille une population tout à fait originale. Des plantes grimpent sur un mur, non pas à l’extérieur mais derrière les banquettes recouvertes de skaï bleu, un peu défoncées qui font le pendant à des tables de bar en formica. Des livres, des romans policiers surtout, couvrent un pan de mur donnant un peu de calme au lieu, mais ce n’est qu’illusion.  C’est le seul endroit que je connaisse qui accueille un Solex. L’engin, qui ne démarre pas toujours, prend de la place dans la petite salle servant de restaurant. Il côtoie joyeusement des machines à coudre, des pots à lait, des casseroles en cuivre, des téléphones à manivelles ou à cadrans dans lesquels on glissait le doigt afin de composer le numéro. Des objets dont l’utilisation et la raison d’être restent parfois inconnues. Des caisses de bois, des bidons d’huile d’olive vides, des jouets en métal et une grande quantité d’autres choses que je découvre à chaque fois que je viens. Cet endroit est une perpétuelle découverte. Sirotant un verre, mes yeux vadrouillent sans cesse.
A l’image de la décoration, la clientèle est tout aussi disparate. Des marins de retour de pêche sont accoudés au comptoir. Ils discutent avec des couples de jeunes retraités qui ont quitté la capitale pour le bord de mer. Le verbe haut en couleurs les premiers ont la gouaille et l’accent chaumois. Les seconds, plus réservés, tentent malgré tout de s’imposer face à ces locaux volubiles. Le patron trône derrière le comptoir, tablier autour de la taille, haussant la voix, faisant pirouetter verres et bouteilles avec habileté avant de servir ses clients. Des habitués viennent boire un verre rapidement et s’en vont vite après avoir lancé « Je repasse tout à l’heure, tu pourras me faire une assiette d’huitres ? » Et puis arrive le vendredi. Ah le vendredi ! C’est le jour du repas. Deux plats au choix, l’incontournable : « rata » de seiche, et une viande mijotée, jamais la même d’une semaine sur l’autre mais toujours délicieuse.

Les gens se rencontrent le vendredi, se retrouvent le samedi soir ou le dimanche midi pour  les concerts ou les  vernissages.  La musique tient une place considérable dans cet endroit. Les tables et les chaises sont poussées et empilées pour laisser la place au groupe convié. On y retrouve une amie ou un cousin, on s’interpelle, on chante les morceaux que l’on connaît déjà et puis on applaudit la performance musicale. Les entractes se passent dehors, enfin un peu d’air frais avant de retourner dans cette atmosphère joyeuse. Les vernissages sont aussi souvent accompagnés de musique. Les artistes, tous de la région, prennent date afin de pouvoir accrocher leurs œuvres. Il est vrai que la liste d’attente est longue et chacun veut apporter une touche supplémentaire de culture au Poisson à Roulettes. Musique, peinture, lecture, il manque l’écriture. Elle est là aussi, de façon plus discrète le jour de fermeture où un petit groupe se retrouve pour jouer avec les mots, les dessiner sur du papier ou les lire à voix haute comme s’il s'agissait d'une chanson.

Le sympathique Poisson à Roulettes n’a pas son pareil. C’est un établissement dans « son jus » où tout le pittoresque de l’endroit est maintenu par le non moins pittoresque propriétaire. Ce dernier accueille les artistes de tout poil avec cette volonté de les promouvoir de façon originale.

Extraits d'un texte écrit le 29 août 2017 par Anne Millescamps.